Lettre au préfet de la région Aquitaine, préfet de la Gironde et sous-préfet du bassin d’Arcachon

Biganos le 12 décembre 2012
Monsieur le Préfet de Région, Monsieur le Sous-préfet du Bassin d’Arcachon,

La municipalité de Biganos a lancé une enquête publique concernant la révision simplifiée n° 3 du PLU, dans le but de faire édifier un crématorium sur la parcelle concernée.

Rappelons que le PLU actuel – base 2004 – depuis l’abrogation de celui de 2010, ne mentionnait pas l’éventualité de l’implantation d’une telle structure sur ce site urbanistique existant et en voie d’extension.

Il se trouve que cette parcelle se situe à moins de 250 m d’une zone habitée, laquelle, forte de 25 habitations en urbanisation diffuse, dont trois sont en cours d’achèvement, devrait voir sa densité augmenter, un projet de lotissement, plus proche encore, étant en cours de maturation, mais retardé par le retour au PLU 2004 qui retire la qualité de constructible à cette parcelle.

M. le commissaire-enquêteur, qui a été sollicité en rendez-vous, ignorait la présence d’habitations dans cette zone, hormis celle de l’aire de passage des gens du voyage qui est contiguë à la parcelle à requalifier. En revanche , il était fait mention d’un quartier résidentiel situé à plus de deux kilomètres.

Le rapport qui vient d’être rendu public fait apparaître une possible illégalité du futur équipement au regard du Code de l’Urbanisme (Art. 146-4) dans une commune soumise à la Loi Littoral.

La production de polluants émanant de ce genre d’installations est connue (mercure, dioxines), et on est en droit de s’inquiéter en matière de santé publique, d’autant qu’une exploitation maraîchère en cours de conversion en Agriculture Biologique Certifiée, dont la clientèle déborde du seul cadre de Biganos, fait partie des premiers voisins du projet.  Elle se trouve ainsi menacée dans sa raison d’être.

Par ailleurs, l‘accès des convois funéraires à cette zone implique, soit la traversée de plusieurs agglomérations, soit celle de la zone commerciale de Biganos, ce qui entraînera une gêne de circulation aggravée sur un site déjà saturé, et aura un impact psychologique certain, compte tenu de la fréquentation de l’installation telle que l’envisagent les porteurs du projet.

Enfin, les riverains proches expriment une forte inquiétude face à la dévaluation prévisible de leur patrimoine immobilier, qui représente, pour beaucoup d’entre eux, l’aboutissement d’une vie professionnelle, phénomène observé sur d’autres sites, consécutivement à la mise en œuvre d’un tel projet.

Vous voudrez bien trouver en accompagnement de ce pli, une liste de 163 signatures recueillies, jusqu’à ce jour, auprès de personnes se sentant concernées par les aspects négatifs de ce projet. De même, le site www.mesopinions.com recense une liste de signataires ayant utilisé l’outil Internet : à ce jour, 70 signataires dont 59 ont confirmé leur participation.

Nous ne doutons pas que vous saurez opter pour le bien public à l’heure de prendre la décision qui vous revient en préalable à ce projet.
Dans l’intervalle, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Préfet de Région, Monsieur le Sous-Préfet, notre plus profond respect et nos salutations citoyennes.

Laisser un commentaire

1 × = 3